Quel mode de chauffage choisir si vous êtes allergique ?

7°C dehors avec un taux d’humidité digne de la Thaïlande à la mousson.


Voilà ce qu’il m’attendait ce matin en sortant de mon lit. Désagréable.


Comme vous, je recherche les climats secs et doux (vous allez rire, j’habite en Vendée, l’autre pays du soleil).


feu01_450.jpg


Comme vous, j’essaye de le recréer à l’intérieur de ma maison (mon boss ne m’a pas encore octroyé mes 2 mois de vacances au soleil avec l’augmentation qui va bien…).


Dans ces moments-là, vous regardez autour de vous, emmitouflé dans votre pyjama, pour trouver le bon moyen de chauffage. Le moyen économique, écologique et pratique qui va vous sauver de la morosité extérieure.


Pas de bol, vous êtes allergiques ou vos enfants le sont.


C’est à ce moment que l’affaire ce complique.


Quel mode de chauffage choisir lorsque vous avez une personne allergique sous votre toit.


Vous sautez donc sur l’occasion pour réclamer le top, le nec plus ultra du romantisme : une cheminée avec le bon feu de bois, qui va bien.


Vous vous voyez déjà lové au coin du feu sous le plaid que vous avez reçu dernièrement.


BIP ! GROSSE ERREURE !


Ne rêvez plus à ce petit coin de cheminée, à ce bon parfum de bois brulé et à cette chaleur douce et apaisante.


Le feu de cheminée est le pire de ce que vous pouvez faire pour un allergique


Les fines particules produites par la combustion du bois, qu’il s’agisse de foyers ou de poêles, pénètrent profondément dans les voies respiratoires et dans les poumons.


Cette combustion produit aussi de nombreuses substances cancérigènes.


Un poêle certifié fonctionnant seulement 60 heures émet autant de particules fines qu’une automobile parcourant 18,000 kilomètres. La fumée de bois est 12 fois plus cancérigène que la fumée de cigarette. Un foyer ou un poêle qui brûle du bois durant


Une seule heure produit 4300 fois plus de substances cancérigènes que la fumée de 30 cigarettes.


Quand vous savez ce que sont les effets de ces fumées sur les asthmatiques et les personnes atteintes d’allergie respiratoire…


Et je ne vous parle pas des moisissures et des insectes microscopiques que vous faites entrer par le biais de bûches.


Vous traitez et aérez votre maison régulièrement pour assainir votre intérieur et vous le polluez avec ce qu’il y a de pire pour certains allergiques au moment où vous chauffez.


Bon, mais vous faites quoi si vous avez déjà la cheminée?


Si vous devez chauffer au bois, appliquez ces précautions


Vous pouvez réduire la pollution créée par le chauffage au bois résidentiel et améliorer la sécurité et l’efficacité de votre appareil de chauffage au bois.


- Faites de petits feux intenses puisqu’ils produisent moins de fumée que ceux que l’on laisse brûler lentement et sans flammes.


- Ne brûlez que du bois sec. Le bois vert ou humide produit beaucoup plus de fumée. Le bois mou, tel que le pin, dégage également plus d’émissions et de dépôts à l’intérieur de la cheminée. Le bois de chauffage doit sécher pendant au moins six mois.


- Fendez le bois de façon à faire des bûches de 10 à 15 cm de diamètre. Plus grande est la surface exposée, meilleur est le feu.


- Ne jamais brûler de déchets, de plastique, de papier glacé ou de carton qui relâchent des substances toxiques dans l’air intérieur et extérieur.


- Ne jamais brûler de bois tiré de l’eau salée. La combinaison du chlore et de la fumée produit la dioxine, une substance cancérigène.


S’exposer à de la fumée produite par la combustion de bois traité ou peint, de panneau de particules agglomérées ou de contreplaqué comporte des risques pour la santé. Le bois traité à l’aide de vernis et d’agents d’étanchéité, le bois provenant de vergers et arrosé de pesticides, ainsi que le bois traité sous pression contiennent des produits chimiques toxiques. La combustion du bois traité dégage des substances toxiques dans l’environnement, par la fumée ou par les cendres qui sont par la suite jetées.


- Conservez le bois à l’extérieur, dégagé du sol et couvert. Ne gardez que la quantité nécessaire à l’intérieur. L’excès d’humidité retrouvée dans le bois vert augmente le taux d’humidité à l’intérieur de la maison, ce qui peut mener à la formation de moisissure qui, par conséquent, peut causer de fortes réactions allergiques, des crises d’asthme, de l’irritation au niveau des yeux, de la gorge, du nez, de la peau et des voies respiratoires chez les personnes allergiques ou non aux moisissures.


- Utilisez un poêle à bois, un foyer ou un foyer encastrable à haut rendement. Les émissions de la fumée produite de la combustion du bois par ces appareils de chauffage sont réduites de 90 p. 100 puisque la principale partie de la combustion se fait dans la chambre de combustion. Les unités à haut rendement permettent d’économiser un tiers du bois généralement brûlé tout en procurant la même quantité de chaleur.


- Une maison éco-énergétique réduit les besoins en chauffage.


Sinon il existe d’autres systèmes de chauffages tout aussi intéressant et beaucoup moins gênants pour vous les allergiques.


Le radiateur à bain d’huile :


Fixe ou mobile, le chauffage à l’huile est très pratique. Il améliore le confort de la pièce dans laquelle il se trouve. Son utilisation est conseillée pour les personnes sensibles (allergiques, bébés).


Un chauffage à l’huile n’utilise pas de combustible, il garde seulement la chaleur.


Le chauffage à l’huile n’est certainement pas le chauffage le plus rapide. La patience est de mise et il faut prévoir son utilisation.


De même, ce chauffage d’appoint prend de la place. Mais le chauffage à l’huile reste tout de même pratique et intéressant.


Voici ses avantages :


- Chaleur diffuse et constante.


- Faible consommation.


- Très bonne inertie : même éteint, le chauffage à l’huile chauffe.


Tous les chauffages à l’huile ne présentent pas les mêmes performances et les mêmes possibilités. Certains accessoires ou attributs permettent de faire la différence. Et un chauffage à l’huile est donc plus ou moins pratique selon les produits.


Ce qu’il faut trouver comme chauffage d’huile :


- Thermostat régulateur.


- Plusieurs niveaux de chaleur.


- Voyant de chauffe.


- Puissance : 1 600 W, 2 000 W…


- Utilisation continue : pas de dessèchement de l’air, pas de consommation d’oxygène, pas de brûlure de poussière.


L’électricité.


Le chauffage électrique se retrouve dans une maison sous deux formes principales.


Les convecteurs. A éviter absolument pour les personnes allergiques. La convection brasse la poussière et tout ce qui va avec.


Le chauffage par le sol. Moyen fiable et inoffensif de se chauffer, le chauffage par le sol peut quand même poser quelques problèmes aux personnes atteintes d’eczéma sévère au niveau des jambes. A noter que ce mode de chauffage n’est pas réservé à l’électricité puisqu’il existe en version conduction par eau (avec pompe à chaleur ou gaz).


Conclusion.


Vous êtes allergique où vous avez autour de vous une personne allergique, préférez à la construction de votre maison un système de chauffage par le sol de type pompe à chaleur (économique et écologique) et réglez le pour obtenir une température assez basse. Faites l’appoint dans les pièces froides ou de vie (devant la TV) avec un radiateur mobile à bain d’huile.


Enlevez tout de suite de votre cerveau l’image de la bonne flambée et du crépitement du noisetier dans le feu. C’est fini.


Vos allergies n’aiment pas la combustion du bois.



0

Thématique proche de Quel mode de chauffage choisir si vous êtes allergique ?

Le Parcours de soins coordonnés : les conséquences sur les remboursements
Afin de mieux gérer les consultations des patients, d’éviter le nomadisme...
Antennes relais et troubles du sommeil : qu’en est-il exactement ?
Les champs électromagnétiques émis par les antennes relais ne cessent,...
Comment remplacer le sucre naturellement
Aujourd’hui, je ne vais pas vous parler d’une allergie, mais plutôt d’une...
Position assise prolongée : Dangers du bureau debout (2/3)
Rester assis toute la journée sur une chaise est dangereux pour la santé, raison...
Les agrumes, c’est bon pour vous !
D’après l’étymologie du mot, l’agrume désigne «...